LE VILLAGE D’ANTAKAVANA

C’est à ANTAKAVANA que la 22 ème promotion de Kaonkaola (centre de réinsertion des migrants), motivée et enthousiaste, s’est installée sur des terres vierges en avril 2011 avec comme seule richesse… leurs « angades » (bêches) !
Notre première rencontre en 2011 avec ces futurs colons a été très chaleureuse. Ils étaient relativement jeunes (entre 25 et 30 ans).
Avec, à nos côté l’association « ZARA » dont le président est un ami de plus de trente ans, nous avions prévu un petit financement pour édifier deux baraquements en bois. Nous avons fourni les matériaux, ils ont construit leurs deux maisons d’accueil. La première pour les 5 familles avec enfants et la seconde pour les 9 célibataires.


Au mois de novembre, quand nous sommes allés les retrouver, ils avaient déjà :
• mis de niveau les rizières à terrasses et préparé les semis de riz, dans l’attente de la saison des pluies.
• réalisé des jardins potagers. Nous avons pu déguster de superbes salades, goûter d’excellents radis et faire une cure d’arachides (ces cacahuètes grillées sur le « fataper », ça devient de la gourmandise !!!).
• installé une douche. Pour l’instant bien rudimentaire, mais elle existe !!!
• construit des W.C.
• capté une source d’eau potable.
• creusé des bassins, prêts pour un projet de pisciculture.
• excavé des tranchées pour commencer à produire du « lombricompost ».
• lancé de petits élevages de poules, canards et oies.
• mis en place des pépinières d’arbres fruitiers et d’eucalyptus.
• creusé une grande fosse, où ils peuvent faire leur cuisine à l’abri du vent.

Je dois en oublier !
Après sept mois, l’endroit était méconnaissable. Dans la région, on commençait à les connaître, on les surnommait les « bulldozers » !!!
Une chance: pas loin de l’endroit où ils se sont fixés, se trouve une veine d’argile de bonne qualité (malheureusement pas assez bonne pour en faire des tuiles). Ils en avaient profité, avec l’aide de leurs amis d’Ankazomaranitra, pour façonner et cuire 40 000 briques. C’est « ZARA » qui avait réglé les frais de main-d’œuvre.
C’était dans la secrète intention de nous forcer un peu la main pour les aider à construire leurs maisons. Ils avaient fait le premier pas, nous ne pouvions pas refuser de faire le second. Devant un tel courage, nous n’avions même pas à réfléchir.
Pour ne fâcher personne, nous avons donné la priorité aux cinq familles, il fallait bien que les enfants aient un toit durant la dure saison des pluies. Nous étions tous réunis et tout le monde a trouvé cette décision juste et normale. Il a donc été décidé de construire cinq maisons. Fin décembre 2012, nous avons réussi à trouver le financement nécessaire et les travaux ont commencé.
En 2013 les cinq maisons étaient construites avec l’aide de « ZARA ».
En 2014 nous avons reconduit l’opération, toujours avec la participation de « ZARA » et surtout de Renée et Patricia. L’achèvement des travaux de ces cinq nouvelles maisons a été beaucoup plus laborieux. Les conditions climatiques, cyclones en janvier et février et sécheresse en octobre et novembre on lourdement handicapé l’avancement de travaux. Il a fallu refaire toutes les tranchées d’écoulement des eaux vers les rizières et défricher beaucoup plus de terre pour assurer un minimum de production.
Une petite école, d’une classe, accueille les enfants qui ne sont pas en mesure de se rendre seuls au village d’ Ankazomaranitra
En 2015, nous avons commencé la construction d’une « Maison Communale », suffisamment grande pour que les villageois puissent s’y réunir. On y conservera toutes les archives depuis la création du village (registre et état civil, double des « Certificats Fonciers », affectation des terres, productions agricoles et rendements, photos, etc.). Ça sera la « lapan’ny tanàna », la mairie. Outre la grande salle de réunion, elle sera équipée d’un minimum de confort, trois chambres, une salle de bain, des toilettes et une cuisine, pour permettre un accueil aux gens de passage et aussi un logement temporaire pour les nouveaux arrivants des promotions en attendant de pouvoir construire leur propre domicile.
Pour la troisième année consécutive nous avons  participé à une nouvelle tranche de construction de quatorze maisons. Notre ami Noël, de l’association « ZARA » a financé deux d’entre elles.

En 2016, dans le même état d’esprit, dix huit nouvelles maisons ont été construites, toujours avec la participation financière de l’association « ZARA » et active de la population pour la confection des briques et la construction des maisons. Parallèlement, une première tranche de travaux pour la construction d’une école a eu lieu: trois classes et une salle de réunion pour les enseignants. Les villageois ont creusé une tranchée de 1,200 km de long pour capter une source en amont du village et alimenter en eau le village. Ce n’est pour l’instant qu’un petit filet d’eau à cause de l’infiltration dans la latérite et quelques éboulements de terrain, mais la voie est ouverte à une adduction d’eau pour le village. Cette tranchée a été creusé à la main à l’aide de bêches. Un travail de bagnards !

Les travaux de la  « Maison Communale » sont achevés. Une bien belle battisse, la fierté de tout le village.

Pour 2017, nous allons sûrement participer à la construction d’une quinzaine de nouvelles maisons. Les trois premières classes de l’école sont construites. Les enfants ont pu enfin avoir une rentrée des classes normale. En projet, nous avons deux nouvelles classes et une bibliothèque.

Nous espérons aussi installer l’adduction d’eau dans le village avec la mise en place de quatre bornes fontaines.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *