Site d’Ankazomaranitra

DES NOUVELLES DE NOS DEUX VILLAGES

Gérard et Nirina sont arrivés sur la Grande Ile en début de ce mois. Avec notre ami Richou ils se sont rendus aux villages d’ Ankazomaranitra et d’Antakavana.

Ils nous envoyé ce superbe reportage: Visite des deux villages

Nous tenions à le partager avec vous. Vous y trouverez de bonnes et moins bonnes nouvelles. En fait, tout ce qui fait qu’une association se motive pour se surpasser. Nous ne sommes pas encore au bout de nos peines. Mais nous y arriverons !

La fée lumière à Ankazomaranitra

Après une semaine très mouvementée et riche en rebondissements, Jean-Jacques a accueilli à l’aéroport d’Ivato les élèves du lycée Denis Papin de Romorantin. Arrivés sur la Grande Ile, voici le récit des premiers jours :

Et c’est parti !

Pas partis que déjà pressés d’arriver. « La téléportation, quand est ce qu’ils l’inventent ? » lance Alexandre pour valider ce que tout le monde pense.
Après, c’est moins drôle, il y a toutes les formalités : et que je sors mon passeport et que je le range et que je le ressors …et puis les files d’attente, je vous dis pas !ca a été quand même, « Sauf que moi mon flacon de désinfectant, adieu ! tout neuf quand même ! Et plein ! C’est abusé», aime à se plaindre Alexandre.
« Je n’ai pas eu l’impression d’avoir attendu à La Réunion, et pourtant on s’est fait 4 heures d’escale, bloqués dans l’aéroport », rappelle Benoit. « Heureusement après ça a été direct pour Madagascar. Faut dire aussi qu’on a dormi, mal mais on a dormi », ajoute Thomas P.

Samedi 11 mars 2017  Tananarive, le CHOC

Le Lycée Denis PAPIN

« La Nouvelle République » du samedi 4 février 2017.

Bientôt le grand départ pour les lycéens de Denis-Papin

Le groupe de lycéens de 1re bac pro Maintenance des équipements industriels (MEI) et Préparation et réalisation d’ouvrages électriques (Pro Elec) se prépare au grand départ.

A 35 jours de partir en mission humanitaire à Madagascar, les 8 lycéens romorantinais font part de leurs impressions.

On se présente : Luis, Pierre, Alexandre, Benoît, Thomas et Thomas, Nicolas et Lucas, 8 élèves du lycée professionnel Denis-Papin, choisis parmi les 24 volontaires pour Madagascar (NR du 26 janvier).
Nous sommes à moins de 35 jours de partir et dans l’impatience de savoir ce que l’on va trouver là-bas. On ne veut surtout pas se rater. Certains ont un peu la crainte de l’avion, d’autres ce sont plutôt les vaccins, pas ordinaires les vaccins, un voyage à eux tout seul. Et puis il y a les passeports, ça y est on est presque tous au point avec ça. Ce qui est sympa c’est le compte à rebours dans le hall du lycée et le mur de nos sponsors. D’ailleurs merci à eux, sans eux ce c’est pas dit que l’on aurait pu aller jusqu’au bout de cette aventure, on leur doit beaucoup.

Une mission pour le Lycée Denis PAPIN

Madagascar, une nouvelle mission pour Denis-Papin (26/01/2017 )

Les deux Thomas, Pierre et Luis, quatre des huit lycéens qui partiront à Madagascar avec leur enseignante.

Après le Cambodge en 2014, les lycéens romorantinais vont cette fois se rendre à Madagascar pour apporter l’eau et l’électricité dans deux villages.

La dernière mission humanitaire du lycée professionnel Denis-Papin remonte à deux ans, au Cambodge pour apporter l’électricité dans une école. Suffisamment loin pour que l’établissement romorantinais souhaite repartir au contact de populations pour qui l’électricité n’est pas systématique.

Du 9 au 25 mars, huit lycéens de 1e bac pro Maintenance des équipements industriels (MEI) et Préparation et réalisation d’ouvrages électriques (Pro Elec) se rendront à Madagascar, à 100 km d’Antanarive environ, dans le district d’Ankazobe. Leurs missions les conduiront dans deux villages érigés pour accueillir les populations migrantes issues des grandes villes.

Le palu

ANKAZOMARANITRA.  Mercredi 13 mai 2015.

Dans le village, le paludisme a frappé fort. La semaine dernière un enfant, élève de 6éme, est décédé d’une crise de cette maladie. Dix personnes ont du être hospitalisés à Ankazobe. Aux dernières nouvelles le mal est endigué grâce à l’intervention des docteurs Clément et Faja, qui, fidèles en amitié sont intervenus le plus rapidement possible.

Nous éprouvons beaucoup de peine pour la disparition de ce gamin. Nous allions lui offrir la possibilité de connaitre un avenir serein et prometteur. Le destin en a voulu autrement.